Ne pas voir la gravité de la situation du covid19 : un biais cognitif


17 Mar
17Mar

On l'avait dit pourtant : il fallait rester chez soi, ça paraissait si simple et pratique, et pourtant, c'était sans compter sur le soleil qui attira les foules sur les quais, dans les parcs etc... dans les villes tout comme à la campagne! On y peut rien, on est comme ça nous les humains, un peu comme st Thomas, on veut pas y croire et dans quelques jours, on va sans doute pleurer….
En psychologie, on appelle ça un biais cognitif !

Qu'est-ce que ça veut dire?

        "Le biais cognitif est un mécanisme de pensée à l’origine d’une altération du jugement.

 À cause des biais cognitifs, la prise de décision de l’individu sera faussée".


Le "biais cognitif de normalité":  c'est par exemple une tendance à croire que les choses fonctionneront à l'avenir comme elles l'ont fait normalement  dans le passé. Autrement dit, dans ce cas, la personne sous estime  à la fois la probabilité d'un événement exceptionnel tel qu'une catastrophe et ses effets possibles.

Les biais cognitifs sont des façons de penser habituelles. Ils ont tendance à être fréquemment utilisées dans certaines situations et empêchent de porter un jugement objectif et rationnel.
  • Le biais de normalité peut contribuer à ce que les gens ne se préparent pas de manière adéquate à des situations telles celle que nous connaissons actuellement avec la pandémie. Elles n'adhèrent pas suffisamment aux mesures imposées par les autorités.

D'autres biais cognitifs peuvent nuire à la prise de conscience de la situation :
  •  biais d'optimisme: ici on croit , ou bien on mise sur la impossibilité que la situation nous touche, qu'elle se produise chez nous, malgré les évidences. 
  •  biais de confirmation: dans ce cas l'individu  ne cherche et ne prend en considération que les informations qui confirment ses propres croyances et, sous le même effet, il ignore ou discrédite celles qui les contredisent.
  • biais de croyance se produit quand le jugement sur la logique d'un argument est biaisé par la croyance en la vérité ou la fausseté de la conclusion. Ainsi, des erreurs de logique seront ignorées si la conclusion correspond aux croyances.
  • L'illusion de savoir consiste à se fier à des croyances erronées sans chercher à recueillir d'autres informations. La situation est jugée à tort comme étant similaire à d'autres situations connues et la personne réagit de la façon habituelle.
  • L'illusion de contrôle est la tendance à croire que nous avons plus de contrôle sur une situation que nous n'en avons réellement. Un exemple extrême est celui du recours aux objets porte-chance, ou bien, si on s'inquiète pas on sera pas touché. 

Alors, avec tout ça, vous comprenez mieux ce qui se passe? Aujourd'hui, tout le monde a bien compris, c'est simple, il suffit de rester chez soi?!

LNA ma psy. com 

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.